Home‎ > ‎Events‎ > ‎1973‎ > ‎

Le Nu Traversé

Timeline

Date

From 1973-00-00 to 1974-00-00

Place

Brussel, Orangerie van de Botanique, Koningslaan 236, 1210 Sint-Joost-ten-Node

Participants

Plan K // Frédéric Flamand // Alain Mebirouk

Le Nu Traversé is de eerste voorstelling van Plan K. ‘C’est un spectacle lié au mécanisme du désir. Le désir n’est certainement pas une chose rationnelle. Cela indique déjà qu’il ne faut pas du tout aborder ce spectacle par la logique, bien sûr. Le désir est aussi une chose qui ne peut pas être figée ou se fixer sur une forme bien déterminée. D’où la nécessité pour nous de passer à des formes très différentes, à des univers très différents, ce qui fait que, dans le spectacle, il y a sept auteurs différents.’ (Flamand in: Le Nu Traversé) ‘Le travail sur Le Nu Traversé avait commencé au Vicinal autour de textes de Camille Bryen, François Dufrene, Pierre Guyotat, André Martel, Arthur Spilliaert, Adolf Wölfli et de schizophrènes anonymes. Mais, contrairement à Frédéric Baal qui écrivait pendant les répétitions, aucun de ces auteurs n’était présent dans la salle. Dans Le Nu Traversé, interprété par Baba et Frédéric Flamand, il y avait encore une concentration sur un espace et un objet central. Mais en même temps, dans le mannequin qui se décomposait, était annoncé la notion de décentrement et d’éclatement de l’espace qui aboutira pleinement dans la Raffinerie du Plan K. (…) Le Nu Traversé a été conçu dans des endroits différents : une classe d’athénée, une salle de boy-scouts, les Halles de Schaerbeek, etc. Il n’était jamais question de se fixer dans un lieu. Les acteurs déménageaient toujours, accrochés aux accessoires comme le mannequin et le tube de fer.’ (Van Tieghem, 41) 'De toeschouwers kregen niets anders voorgeschoteld dan twee bijna naakte mannen die manipuleerden met een houten pop en enkele rekwisieten: een schildersezel, een metalen pijp, een eierdopvormige helm en een oude koffergrammofoon. Als decoratie diende een rond perkje grint in het midden van de zaal dat aanvankelijk onaangeroerd bleef, maar ten slotte werd ontwijd en uit elkaar getrapt. De opkomst van de drie personages was behoorlijk imposant: één van de mannen droeg de andere plus de pop die onderling – door middel van een lange buis – aan elkaar gesmeed leken. Ook in het verdere verloop van de voorstelling werden mooie effecten bereid door de gelijkstelling van de mens aan de pop: soms werd de houten figuur toegesproken en gebruikt, soms gedroeg een acteur zich als mechanische pop. De teksten gebruikt in deze voorstellingen waren in de eerste plaats klankmateriaal dat de handeling ritmisch begeleidde.' (De Vuyst, 45)

Comments